Les Actualites

  • Cancer : les 11 propositions de la Ligue pour une meilleure prévention

    « Au moins 40% des cancers sont évitables » rappelle le directeur de la communication de la Ligue contre le cancer. En effet, près de la moitié des cancers sont liés à des facteurs comportementaux ou environnementaux, comme le tabac, l’alimentation ou l’alcool. Pour mieux contrer la propagation de la maladie, la Ligue contre le cancer organise les premiers Etats généraux de la prévention des cancers à partir du 21 novembre. A cette occasion, elle liste 11 propositions. Parmi elles : généraliser la vaccination contre les papillomavirus humains (HPV) pour les filles et les garçons, et augmenter les taxes sur l'alcool.

  • Hépatite C : Gilead baisse le prix de ses quatre traitements

    Les quatre traitements de l'Américain Gilead voient leur prix baisser de 20 %. Sont concernés, Sovaldi (sofosbuvir), Harvoni (sofosbuvir et ledipasvir), Epclusa (sofosbuvir et velpatasvir) et Vosevi (sofosbuvir, velpatasvir et voxilaprévir). La boîte de 28 comprimés est désormais comprise entre 8 000 et 12 000 euros HT.

  • Un patch pour mesurer la pression artérielle

    Les médecins rangeront-ils bientôt leur traditionnel tensiomètre au placard? Pour dire vrai, cela ne fait pas de doute. Pas demain mais d’ici quelques années, des dispositifs portatifs, discrets, légers, performants permettront de suivre la pression artérielle en continu. À l’image de ce patch en développement à l’université de San Diego, en Californie, et présenté dans la revue Nature Biomedical Engineering. Cet appareil miniaturisé collé sur la peau permet de mesurer la pression artérielle périphérique au niveau du poignet ou encore du pied mais aussi la pression centrale au niveau de l’aorte.

  • Manger bio réduirait de 25% les risques de cancer

    Manger régulièrement des aliments issus de l’agriculture biologique permettrait de réduire de 25% les risques de cancer. Cette étude, menée par des chercheurs français indique que les plus gros consommateurs de produits bio ont un risque de cancer 25% moins élevé que ceux qui en consomment le moins. Et la baisse est même de 34% pour les cancers du sein chez les femmes ménopausées et de 76% pour les lymphomes. Telle est la conclusion d’une étude publiée ce lundi dans la revue médicale Jama Internal Medicine.

  • Une carte de France des maladies

    Pour la huitième fois, l’assurance-maladie publie une cartographie des pathologies les plus fréquentes, donnant une lecture, département par département, de la prévalence de 56 maladies ou événements de santé. En un clic, la France de 56 pathologies apparaît, démontrant ainsi des disparités importantes, par exemple dans la prévalence du diabète, du cancer du sein, du syndrome coronaire aigu, des maladies respiratoires chroniques, ou encore du VIH.

  • Sport : les terrains synthétiques jugés "peu préoccupants" par l'Anses

    Concernant les terrains de sport synthétiques à base de granulés de pneus recyclés, les expertises scientifiques ne mettent pas en évidence de risques préoccupants pour la santé, en particulier de risque à long terme cancérogène, leucémie ou lymphome, explique le directeur général délégué de l’Anses. En revanche, ces terrains représenteraient un "risque potentiel" pour l'environnement. Pour parvenir à cette conclusion, l’Anses a passé en revue une cinquantaine d'études et expertises réalisées de par le monde concernant les terrains de sports et aires de jeux construits à partir de matériaux issus du recyclage de pneus usagés.

  • Etats-Unis : un industriel augmente de 400 % le prix d'un médicament

    Nirmal Mulye, PDG du laboratoire pharmaceutique Nostrum Pharmaceuticals a fait flamber le prix d'un de ses antibiotiques de façon exponentielle, de plus de 400 % le mois dernier. Le produit en question, la nitrofurantoïne, est utilisé pour traiter les infections de la vessie. Présent sous forme de comprimé ou en solution liquide, il était vendu en bouteille par le fabricant à 474,75 dollars. Avec cette hausse, son prix a quadruplé pour atteindre 2.392 dollars, selon une base de données américaine.

  • Les cas de rougeole atteignent un niveau record en Europe

    Longtemps considérée comme éradiquée, la rougeole sévit encore en Europe. Le Vieux Continent ferait même face à une épidémie, s'alarme l’OMS dans un communiqué. Au cours des six premiers mois de 2018, plus de 41.000 adultes et enfants de la région européenne ont contracté la maladie. 37 en sont morts.

  • Ondes des smartphones : la mémoire des adolescents en danger

    Les ondes émises par les smartphones ont-ils un effet néfaste sur notre santé ? Le débat revient régulièrement sur la table et une nouvelle étude vient apporter son grain de sel. D’après les recherches d’une équipe de l’Institut Tropical et de Santé Publique Suisse relayée par Android Headlines, une corrélation entre utilisation du smartphone pour des appels et baisse ou perte de mémoire chez les adolescents a été identifiée.

  • Novartis stoppe ses recherches sur les antibiotiques

    Novartis tire un trait sur les antibiotiques. Le groupe suisse va fermer ses activités de recherche antibactérienne et antivirale en Californie et supprimer environ 140 emplois, rejoignant d'autres géants pharmaceutiques qui se sont retirés du marché ces dernières années. Son directeur général, Vas Narasimhan, à la tête du groupe pharmaceutique depuis février, avait déclaré fin juin que ses priorités étaient axées sur des programmes des thérapies géniques, des neurosciences et de l'ophtalmologie.

  • Désaccord médical

    L'Académie de médecine a critiqué, mardi 3 juillet, les récentes recommandations officielles dans le traitement de la maladie de Lyme. Depuis plusieurs mois, cette pathologie est un sujet de controverse entre les associations de patients et le corps médical. Les recommandations, publiées le 20 juin par la Haute Autorité de santé, édictent les bonnes pratiques de soins.

  • Les enfants exposés au Valoproate ont beaucoup plus de risques d'être atteints de troubles précoces

    Lors d’une réunion du comité de pilotage «antiépileptiques et grossesse» au ministère de la santé, qui s’est tenue le 22 juin, les résultats d’une étude inédite sur les dangers de la Dépakine (ou valproate de sodium), menée par la CNAM ont été rendus publiques. Elle montre un risque de troubles neuro-comportementaux précoces qui peut être multiplié par 10 pour un enfant dont la mère a pris ce médicament contre l’épilepsie pendant sa grossesse. Au passage, cette étude fait état de 16 000 à 30 000 enfants qui ont pu en souffrir, depuis 1967, date à laquelle cette molécule a commencé à être prescrite. Ce qui en ferait un des désastres sanitaires les plus importants de ces cinquante dernières années.

  • Papillomavirus : les garçons bientôt vaccinés ?

    Faut-il conseiller aux garçons de se faire vacciner contre les papillomavirus, virus sexuellement transmissibles qui causent certains cancers ? Cette question taraude la communauté médicale. L'organisme chargé des recommandations sur les vaccins va se pencher sur cette interrogation. Actuellement, le vaccin contre les papillomavirus humains (HPV) est recommandé en France pour toutes les filles entre 11 et 14 ans, mais pas pour les garçons.

  • Novartis et Amgen lancent le premier anti-migraineux de nouvelle génération

    Le journal remarque ainsi que les triptans ont révolutionné le traitement de la migraine mais pour les 20 à 30% de patients pour lesquels ils ne sont pas efficaces, le feu vert accordé par les autorités américaines à Aimovig, un nouveau médicament développé par Novartis et Amgen, est une bonne nouvelle. Les Echos note toutefois qu’il est peu probable qu'Aimovig se substitue aux triptans pour les patients qu'ils soulagent déjà. Car c'est un traitement mensuel administré de façon préventive, qui suppose donc des épisodes suffisamment fréquents ou violents. Aimovig est en outre injectable (même si c'est une autoinjection) et coûtera 575 dollars par mois, alors que les triptans sont peu coûteux (génériques) et sous forme de comprimés.

  • Dengue : l'épidémie progresse dangereusement à la Réunion, 2000 personnes contaminées

    La Réunion connait une épidémie de dengue "sans précédent", a alerté l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) : 1816 cas avérés ont été déclarés entre le 1er janvier et le 23 avril 2018. Cinquante hospitalisations ont été enregistrées depuis le début de l'année, contre 12 sur toute l'année 2017. "Bien que des cas sporadiques de dengue autochtone aient été signalés à La Réunion auparavant, la recrudescence des cas depuis le début de l’année 2018 est sans précédent, remarque l'OMS. La Réunion est une destination touristique prisée et la probabilité d'introduction du virus de la dengue dans des pays tiers se trouve aggravée par l'épidémie actuelle".

  • Le détatouage : un marché en hausse pour les dermatologues

    Les Echos observe que les consultations dermatologiques progressent au rythme de l'explosion du tatouage, sachant qu'il faut entre 5 et 10 séances pour effacer un dessin classique au laser. Le vice-président du groupe laser de la Société française de dermatologie, déclare que la hausse est très significative dans tous les centres laser. Le journal note cependant que les techniques d'effacement sont aujourd'hui limitées. Mis à part l'ablation pure et simple de la peau, la principale repose sur l'utilisation de lasers spécifiques, dits «Q-Switched». Leur temps d'émission très court permet de faire exploser les molécules de pigment, sans laisser de cicatrices. Inconvénient : le processus est long et aussi douloureux que coûteux. Il faut en effet compter de 150 à 300 € la séance en moyenne, sachant qu'il faut entre 5 et 10 séances pour arriver à un résultat, sur un tatouage basique.

  • Les complémentaires-santé priées de ne pas augmenter leurs prix

    C’est ce que titre Les Echos, qui note que « le niveau de remboursement pour les patients va augmenter. Mais les plafonds de prix doivent permettre de contenir la dépense pour les assureurs, premiers financeurs des soins optiques, audioprothétiques et dentaires ». Le journaliste remarque ainsi que « pour le gouvernement, il n'est pas question que le reste à charge zéro en matière de lunettes et de soins prothétiques dentaires ou audio se traduise par des complémentaires santé plus chères ».

  • Une majorité des 18-30 ans favorables à la GPA et à l'euthanasie

    Les trois quarts des 18-30 ans sont favorables à la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) et 96 % d'entre eux se déclarent favorables à l'euthanasie, selon une enquête OpinionWay publiée hier. De même, 86 % des 18-30 ans sont favorables à l'ouverture de la procréation médicalement assistée (PMA/AMP) à toutes les femmes. La PMA étant actuellement en France réservée aux couples hétérosexuels. Pour autant, "si les 18-30 prônent majoritairement l'ouverture et l'évolution sur ces grandes questions de société, ils ne sont pas pour la légalisation sans réserve", souligne Antoine Buisson, d'OpinionWay.
    Maladies vasculaires

  • Nouveau carnet de santé : vaccins, pas de télé, environnement sain et bon comportements

    Le ministère de la Santé a publié lundi 5 mars 2018 le nouveau modèle du carnet de santé, qui intègre les 11 vaccinations maintenant obligatoires pour les enfants, mais aussi des recommandations nouvelles comme d'éviter la télé avant trois ans. Ce carnet, gratuit et traditionnellement remis par la maternité ou un médecin, succèdera le 1er avril au modèle distribué depuis 2006. Il a été conçu pour "tenir compte des avancées scientifiques et des attentes des professionnels de santé et des familles", a indiqué le ministère dans un communiqué. Les messages de prévention "ont été enrichis et actualisés pour tenir compte des évolutions scientifiques et sociétales, de nouvelles recommandations et de l'identification de nouveaux risques", est-il expliqué sur le site du ministère de la Santé.

  • Une étude française lie plats industriels et risque de cancer

    Une étude scientifique auprès d'environ 105.000 Français, publiée jeudi, établit un lien entre consommation de plats préparés par l'industrie et risque de cancer. L'étude, appelée NutriNet-Santé, repose sur des questionnaires remplis sur internet entre 2009 à 2017 par des participants dont l'âge médian approchait 43 ans. Les chercheurs se sont intéressés aux "aliments ultra-transformés", qui d'après eux "contiennent souvent des quantités plus élevées en lipides, lipides saturés, sucres et sels ajoutés, ainsi qu'une plus faible densité en fibres et vitamines". La conclusion de leur étude, publiée dans la revue médicale britannique BMJ (British Medical Journal : "La consommation d'aliments ultra-transformés a été associée avec un risque global plus élevé de cancer" (accru de 6 à 18%) "et de cancer du sein" (accru de 2 à 22%).

  • Mal entendre accroît les risques de démence

    En France, 6 millions de personnes sont malentendantes. Deux tiers des plus de 65 ans sont concernés, et une étude de l’Inserm prouve l’utilité de s’appareiller : selon ses conclusions, les patients de plus de 65 ans qui ne sont pas équipés de prothèses auditives courent un risque accru de démence (+22 %), mais aussi de dépendance dans les activités de base de la vie quotidienne (+33 %), et de dépression (+43 % chez les hommes). Investir dans le dépistage et l’appareillage est donc une urgence de santé publique, d’autant qu’un patient équipé d’audioprothèses coûte au final moins cher à la société, puisqu’on estime que ses dépenses de soins seront en moyenne inférieures de 30%.

  • Ne vous retenez pas d’éternuer, c’est mauvais pour la santé !

    Selon une très sérieuse étude britannique, le réflexe de se retenir d’éternuer est très mauvais pour la santé et peut même engendrer et occasionner des blessures. Bloquer un éternuement en se bouchant le nez ou en fermant la bouche est un geste dangereux qui doit être évité, mettent en garde les scientifiques dans le cadres des conclusions de leur étude, dont les résultats complets ont été publiés dans la revue spécialisée BMJ Case Reports.

  • Dermatologie: Pierre Fabre entre au capital de la start-up Même

    Le groupe pharmaceutique français Pierre Fabre a annoncé mardi son entrée au capital de la start-up Même, qui commercialise des soins pour la peau pour les patients sous traitements anti-cancéreux. Pierre Fabre Dermo-Cosmétique, filiale du groupe Pierre Fabre, "devient le deuxième investisseur à entrer au capital de la start-up" Même, après Otium Brands en 2016, indiquent les deux entreprises dans un communiqué commun. Le niveau de la participation de Pierre Fabre n'a pas été divulgué.

  • ASTHME: La nouvelle voie thérapeutique qui cible le calcium

    Le calcium pourrait être au centre des symptômes de l'asthme, révèle cette étude avec la découverte du rôle clé de protéines ou détecteurs de récepteurs de calcium (Calcium-sensing receptor) dans la manifestation de la maladie. Or des médicaments déjà con Le calcium pourrait être au centre des symptômes de l'asthme, révèle cette étude avec la découverte du rôle clé de protéines ou détecteurs de récepteurs de calcium (Calcium-sensing receptor) dans la manifestation de la maladie. Or des médicaments déjà con

  • Diabète de type 1 : un petit pas dans la recherche d'un traitement

    Le vaccin BCG est bien connu des médecins et déjà utilisé avec efficacité pour d'autres maladies : vaccin pour la tuberculose et traitement pour le cancer de la vessie. Ce vaccin a pour effet d'augmenter la production d'une substance dans le corps : la TNF (pour Tumor necrosis factor). Cette substance neutralise l'action des anticorps lymphocytes T qui attaquent les cellules du pancréas produisant l'insuline. Ce sont ces anticorps qui, par leur action destructrice, entrainent l'apparition du diabète de type 1. Avec l'injection de ce vaccin, les scientifiques espèrent limiter la destruction des cellules du pancréas et permettre à terme le retour à une production d'insuline suffisante dans le corps.

  • Toujours plus de souffrance psychique liée au travail

    Environ 480 000 salariés français présentent une souffrance psychique en lien avec leur travail. C'est en extrapolant les résultats de leur étude à la population hexagonale qu'une équipe de l'Institut national de veille sanitaire (InVS) et de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi d'Auvergne a pu arriver à ce chiffre, publié dans le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Selon elle, la souffrance psychique causée ou aggravée par l'activité professionnelle a augmenté entre 2007 et 2012. Ce serait même la deuxième pathologie en termes de fréquence, après les affections de l'appareil locomoteur.

    Imane Khireddine de l'InVS et ses collègues ont analysé des données du programme de surveillance des maladies à caractère professionnel (MCP), qui s'appuie sur un réseau de médecins du travail volontaires. Ces derniers signalent sur deux semaines (les "quinzaines MCP") tous les cas de maladies ou symptômes qu'ils jugent en lien avec le métier. Dans le cadre de la souffrance psychique, ils prennent notamment en compte l'épuisement professionnel ("burn out"), les troubles dépressifs (sévères ou légers), les troubles anxieux, l'état de stress post-traumatique, les troubles du sommeil, ceux du comportement alimentaire ou encore les conduites addictives et la somatisation.

  • SONALTO

    PREMIERE AIDE AUDITIVE NUMERIQUE PRETE A L'EMPLOI

    SONALTO fonctionne immédiatement et sans réglage (juste une molette pour ajuster le volume).
    SONALTO est un concentré de technologie presque invisible.
    SONALTO amplifie intelligemment les sons et filtre les bruits parasites automatiquement.

    FAITES UN ESSAI GRATUIT auprès de notre équipe formée à cet assistant d'écoute.

    " PLUS DE 25000 PERSONNES ONT DEJA ADOPTE SONALTO !!! "